logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

1600-1700

février 1602 : Le Croissant et le Corbin, commandés par le Malouin Frotet de la Bardelière, sont contraints par la tempête de relâcher dans la baie de Saint-Augustin alors qu’ils se dirigeaient vers les Indes orientales. Quelques mois plus tard, deux capitaines marchands français, Martin de Vitré et Pyrard de Laval viennent faire du troc dans la baie de Saint-Augustin.

Début du XVIIe siècle : Les Portugais entreprennent l’exploration de l’île, tentative rapportée par le jésuite Luis Mariano qui y participa de 1613 à 1619. Ce sont les côtes occidentales et sud-orientales qui sont alors surtout reconnues et le fils du roi des Antanosi (baptisés également Matacassi, Malagasy ou Madécasses d’où serait venu le nom de Malgaches désignant aujourd’hui l’ensemble des habitants) est emmené à Goa pour y être instruit dans la foi chrétienne mais les efforts d’évangélisation n’en restent pas moins sans lendemain.

1630 : Les capitaines dieppois Régimont et Goubert entament une série de voyages vers Madagascar. Ils sont suivis de 1638 à 1644 par François Cauche qui fréquente l’Anosi et l’île Sainte-Luce.

1636 : La Compagnie anglaise des Indes orientales envisage, sous le règne de Charles Ier, une expédition de conquête de Madagascar qui devait être confiée – à l’initiative d’un certain Thomas Herbert qui s’était fait le propagandiste des richesses supposées de l’île – au prince Rupert de Bavière, neveu du souverain Stuart, mais le projet demeure sans suite.

1638 : Les Hollandais s’installent à l’île Maurice et viennent dès lors régulièrement sur la côte orientale de Madagascar pour y chercher du ravitaillement et des esclaves.

1640 : L’Anglais Walter Hamond publie un Paradoxe prouvant que les habitants de Madagascar sont, dans les choses temporelles, le peuple le plus heureux du monde ; « l’île d’or », riche en métaux précieux et en terres agricoles, est alors présentée comme un pays de cocagne. En 1644 Richard Boothby évoque sur le même ton Madagascar comme un « paradis terrestre » tout désigné pour devenir, au même titre que la Virginie en Amérique du Nord, une colonie protestante. En cette même année 1644, un groupe de 140 colons conduit par un certain John Smart vient s’installer dans la baie de Saint-Augustin où un fort est établi mais, faute de relations régulières avec les indigènes, les Anglais, privés de ravitaillement, doivent évacuer l’endroit un an plus tard, après avoir perdu les neuf-dixièmes de leur effectif. L’un des rescapés, Waldegrave, règle alors ses comptes avec Richard Boothby dont les descriptions flatteuses avaient motivé les malheureux colons, en expliquant que « le pays est stérile, le climat malsain, les mines illusoires. À Madagascar, il n’y a rien à espérer de bon ni d’heureux. »

1642 : Un traité est conclu entre les Hollandais établis à Maurice et le roi de la région de la baie d’Antongil qui se déclare « sujet de leurs Hautes Puissances, Messieurs les États Généraux des libres Pays Bas Unis ». quand Maurice sera abandonnée au profit de l’escale du Cap de Bonne Espérance, les visites des Hollandais se feront de plus en plus rares.

septembre 1642 : Envoyés par la Compagnie des Indes orientales fondée par le capitaine Rigault – qui a obtenu pour dix ans du cardinal de Richelieu un privilège de résidence et de commerce dans l’île de Madagascar et a su intéresser Fouquet et plusieurs membres du Conseil du Roi à son entreprise –, les commis Pronis et Foucquembourg débarquent du Saint-Louis (avec lequel ils ont auparavant reconnu les îles Mascareignes et l’île Sainte-Marie) dans la baie de Sainte-Lucie en compagnie de douze hommes rejoints l’année suivante par soixante-dix autres.

fin 1643 : L’hostilité des indigènes et les ravages dus aux fièvres conduisent Pronis à s’établir à la pointe de Taolankara, à l’extrême sud de la côte orientale de l’île, pour y fonder Fort-Dauphin. Des contacts sont établis avec des chefs de l’Anosy et des reconnaissances sont lancées sur la côte est jusqu’à la baie d’Antongil pendant que Foucquembourg visite le sud du pays et en rapporte du bétail.

1646 : La situation de la colonie française de Fort Dauphin se détériore. Foucquembourg est reparti vers la France et Pronis, un protestant rochelais, s’oppose à la majorité catholique des colons qui lui reprochent de favoriser son épouse malgache et l’arrêtent. L’arrivée d’un navire français entraîne sa libération six mois plus tard mais il attire des indigènes dans un guet-apens pour les livrer au capitaine du navire qui entend les vendre comme esclaves aux Hollandais. Pendant ce temps, certains colons ont suivi Claude Leroy, le second de Pronis, pour aller s’installer sur la côte sud-ouest de l’île, dans la baie de Saint-Augustin. L’hostilité de certains autochtones, les complications nées des guerres locales dans lesquelles les Français s’engagent et les divisions qui affectent la petite communauté hypothèquent lourdement l’avenir de la colonie.

décembre 1648 : Arrivée du gouverneur Étienne de Flacourt, associé de la Compagnie et envoyé par celle-ci pour rétablir l’ordre. Il est accompagné de deux pères lazaristes, Nacquart et Gondrée, envoyés par saint Vincent de Paul. Pronis repart sur le Saint-Laurent en février 1650 avec une modeste cargaison de cuirs et de cire, décevante pour les associés de la Compagnie. Aucun navire français ne revient à Fort Dauphin avant 1654. Disposant d’une centaine d’hommes, Flacourt doit faire face à l’hostilité des indigènes et doit monter des expéditions punitives. Un assaut contre Fort Dauphin est dispersé au canon et les chefs se soumettent les uns après les autres. La victoire semble acquise en 1653 et le développement des cultures de riz doit normalement assurer à la colonie des ressources alimentaires suffisantes, complétées par les razzias de bovins réalisées dans l’arrière-pays.

1650 : L’Anglais Robert Hunt et sa petite troupe, venus s’installer dans l’île d’Assada (Nossi-Bé, au large de la côte nord-ouest de Madagascar), sont massacrés par les indigènes.

1655 : Massacre du capitaine La Forêt et de ses compagnons. D’autres massacres sont perpétrés en 1656 et suivis de sanglantes représailles.

février 1658 : Flacourt repart pour la France et laisse le commandement de la colonie à Pronis, revenu dans l’île en 1654. Il publie alors une Histoire de la grande île de Madagascar ainsi qu’un Dictionnaire de la langue de Madagascar et une Relation des événements qui avaient marqué la vie de la colonie. Il conseille l’extension de la colonisation et la conversion des indigènes mais, quand il repart en 1660, son navire est attaqué par les Barbaresques et il périt au cours du combat. Il a résumé pour ses contemporains les atouts de la grande île qui «… est la mieux placée que n’importe quelle île qui soit au monde pour les commodités que les Français en peuvent tirer. Elle est dans le passage pour aller dans les Grandes Indes, proche du royaume de Monomotapa riche en or et en ivoire, et d’icelle l’on pourrait aller faire des découvertes dans les terres australes. L’on y peut bâtir des navires… L’on peut de l’île seule tirer toutes les victuailles nécessaires pour les navigations des Indes, et même assister les autres pays, ce qui est le plus grand avantage que l’on y peut espérer… » Pendant son absence et après la disparition de Pronis survenue en 1655, la situation de la colonie s’est détériorée dans la mesure où celui qui a hérité du commandement, Champmargou, se contente d’une politique de razzias qui entretient l’hostilité des indigènes.

1663 : Le Hollandais Frédéric de Houtman publie un premier dictionnaire établissant la parenté du malais et du malgache.

1663 : Un navire français amène à Fort Dauphin un renfort de soixante-dix hommes et un prêtre lazariste, le Père Étienne, dont le prosélytisme maladroit lui vaut d’être assassiné. Champmargou ne doit d’échapper à un sort analogue qu’à l’intervention du Rochelais Le Vacher, dit La Case, qui a épousé la fille d’un chef local et est ainsi devenu prince malgache, ce qui lui permet de soutenir la petite colonie où se maintiennent ses compatriotes.

mai 1664 : Constitution d’une nouvelle Compagnie des Indes orientales, dont les dirigeants prévoient la mise en œuvre d’un vaste programme de colonisation à Madagascar. Quatre navires amènent 400 hommes, soldats et colons placés sous les ordres de Beausse, un demi-frère de Flacourt qui mourra de maladie peu de temps après son arrivée mais qui aura eu le temps de proclamer, le 14 juillet 1665, l’annexion de la grande île – qui reçoit alors le nom d’île Dauphine – au royaume de France.

10 mars 1667 : Débarquement à Fort Dauphin du marquis de Montdevergue, lieutenant général, accompagné de deux directeurs commerciaux, Caron et De Faye, de dix vaisseaux, d’un procureur général, de quatre compagnies d’infanterie, de marchands et de colons, en tout deux mille personnes… qu’il est bien difficile de nourrir malgré les efforts de La Case pour fournir le riz nécessaire.

décembre 1667 : À partir de Fénérive (Fort-Gaillard), le marchand François Martin entreprend de pénétrer dans l’intérieur pour en ramener des bœufs. Il remonte les rives du Maningory, franchit la falaise forestière de l’est de l’île et atteint le lac Alaotra mais les indigènes du plateau sont déterminés à se défendre et leurs villages fortifiés apparaissent inexpugnables, ce qui contraint la poignée de Français et leur « armée » indigène à une retraite rapide vers l’est. Les Français doivent bientôt évacuer les postes d’Antongil et de Matitanana mais se maintiennent aisément dans l’île de Sainte-Marie.

1669 : Rappel de Montdevergue. Il mourra emprisonné au château de Saumur alors que la Compagnie demande au roi de la décharger de Madagascar pour concentrer ses efforts sur l’Inde où Caron s’est établi à Surate, bientôt suivi par De Faye et par François Martin qui sera le fondateur de Pondichéry. Le successeur de Montdevergue, Blanquet de La Haye, a confirmé en 1670 la prise de possession au nom du roi mais il conclut en août 1671 à la nécessité d’abandonner Fort Dauphin au profit de l’île Bourbon (la future Réunion), de Sainte-Marie et d’Antongil.

septembre 1674 : Les quelques dizaines de Français demeurés à Fort Dauphin sous les ordres du major La Bretèche abandonnent la colonie et se replient sur Bourbon. L’échec est total dans la mesure où la présence française s’est limitée à une dimension exclusivement prédatrice. Il n’était pas possible, faute d’hommes en quantité suffisante, d’établir une colonie de peuplement et l’absence de cultures tropicales fournissant des produits « chers », comparables à ceux que procuraient les « îles à sucre » des Antilles ou les îles à épices des Indes orientales, rendait bien vaine une occupation également compromise par l’hostilité des indigènes et les ravages opérés par les fièvres. Trois arrêts successifs n’en confirment pas moins, au début du XVIIIe siècle, la souveraineté – devenue purement théorique – du roi de France sur la grande île.

La présence européenne prend, après le retrait des Français de Fort Dauphin, un caractère bien particulier puisque c’est alors que s’ouvre à Madagascar, pour une quarantaine d’années, le temps des « républiques » pirates. Après avoir sévi dans la mer des Caraïbes – à proximité des routes empruntées par les galions espagnols – la piraterie se déplace à la fin du XVIIe siècle vers l’océan Indien où le trafic arabe du golfe d’Oman et de la mer Rouge offre des proies faciles en même temps que celui qui, par la route du Cap, assure les relations commerciales entre les Indes orientales et l’Europe. L’extension des côtes et l’abondance des baies bien abritées, les possibilités de troc avec les indigènes et donc de ravitaillement constituaient autant d’atouts pour les pirates anglais, français ou américains qui proliféraient à ce moment dans la région. Le capitaine Avery est alors installé dans la baie d’Antongil, le capitaine Williams à Sainte-Marie. Le Provençal Misson et son complice Caraccioli établissent pour leur part, dans la baie de Diego Suarez, l’étonnante république de Libertalia, véritable laboratoire d’un socialisme utopique avant la lettre. Vers 1720, l’arrivée de nouveaux pirates antillais, parmi lesquels le célèbre La Buse, conduit les puissances européennes à se mobiliser et l’escadre anglaise du commodore Matthews, envoyée en 1721 dans l’océan Indien, contraint ces hors la loi à abandonner leurs bases. Beaucoup se réfugient alors dans l’intérieur et abandonnent leurs activités criminelles en se mêlant à la population indigène. L’exécution de La Buse, pendu à Bourbon en 1730, marque la fin de la période qui vit les côtes malgaches prendre le relais de l’île de la Tortue.

Écrit par gilles FOLLENIUS Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique