logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

Argent, banques, change

Argent, banques, change

Argent

L'unité monétaire est l'ariary (Ar), qui a remplacé en 2005 le franc malgache (Fmg). L'ariary ayant quelques difficultés à s'imposer et les prix étant encore souvent donnés en francs malgaches (bien vous faire préciser l'unité pour éviter les malentendus), il peut être bon de savoir qu'un ariary, mot signifiant « cinq francs », vaut cinq fois plus que 1 Fmg (soit 1 Ar = 5 Fmg). Les billets conservent en tout petit la mention de leur équivalence en francs malgaches.
Compte tenu de la fluctuation du cours, nous avons choisi arbitrairement d'utiliser 2 600 Ar pour 1 € dans nos conversions. On indique bien souvent les prix en euros, préféré dans certaines adresses car plus stable que l'Ar.

Quelques infos utiles

- Le marché noir est une vieille pratique nationale. S'il est parfois avantageux, il pourrait être une source d'ennuis. D'autant qu'il y a de la fausse monnaie en circulation.
- Il est interdit de sortir du territoire avec plus de 400 000 Ar (153,80 €).
- ATTENTION, ON NE PEUT CHANGER OFFICIELLEMENT LES ARIARY EN EUROS QU'À TANANARIVE.
- Conseil : pensez à vous munir de suffisamment d'argent liquide entre 2 villes. Pendant un séjour de 15 jours en brousse, les chèques de voyage et la carte de paiement ne vous seront pas d'un grand secours.
- PENSEZ À AVOIR TOUJOURS AVEC VOUS DE PETITES ET TRÈS PETITES COUPURES.

Moyens de paiement

Argent liquide

On vous conseille de partir avec le maximum d'argent liquide afin d'obtenir le meilleur taux de change et de conserver des euros en dépannage. Évitez de récupérer de grosses coupures, demandez que l'on ne vous en donne pas de supérieures à 10 000 Ar (les autres sont toujours difficiles à écouler). Toujours avoir de la petite monnaie sur soi car les commerçants et chauffeurs de taxi en ont rarement. Il est possible de régler en euros bien souvent.

Chèques de voyage

Valable uniquement si vous voyagez un bout de temps sur place car les commissions prélevées sont importantes, sauf en principe à la BNI-CA. Les retraits avec les cartes de paiement sont eux aussi assez taxés. Il existe également des chèques de voyage locaux, délivrés par les banques malgaches. Le ticket d'achat d'origine est demandé.

Cartes de paiement

Important : à Madagascar, la carte MasterCard est rarement acceptée dans les distributeurs, même si ça change petit à petit. La Bank of Africa (BOA) et quelques agences de la banque MCB l'acceptent au guichet (mais l'opération peut demander du temps). En revanche, la plupart des distributeurs prennent la carte Visa.
Les commissions sont souvent constituées d'un pourcentage du montant de votre retrait ET d'un montant forfaitaire (2,60 % et 3 €, par exemple).
On trouve des distributeurs automatiques d'argent liquide dans presque toutes les banques des villes. Dans les petites localités, allez directement aux guichets, où les délais peuvent être assez variables.
Les règlements éventuels de notes d'hôtel ou de billets d'avion avec une carte de paiement sont franchement très désavantageux : on vous taxe de 5 à 8 % !

Budget

Pour les routards à petit budget, le pays reste très bon marché si on loge dans de petits hôtels rudimentaires et se restaure dans les hotely et les gargotes en voyageant en taxi-brousse.
Si on souhaite un certain niveau de confort et des prestations touristiques locales (excursions avec des tour-opérateurs), c'est-à-dire des déplacements en 4x4 avec chauffeur, en avion et avoir de l'eau chaude tous les jours, le budget enfle vite.

Hébergement

Sur la base d'une chambre double, sauf Tananarive où les tarifs peuvent varier un peu.
- Très bon marché : jusqu'à 13 000 Ar (5 €).
- Bon marché : de 13 000 à 26 000 Ar (de 5 à 10 €).
- Prix moyens : de 26 000 à 52 000 Ar (de 10 à 20 €).
- Plus chic : de 52 000 à 104 000 Ar (de 20 à 40 €).

Nourriture

Pour un repas par personne, dans la boisson.
- Très bon marché : jusqu'à 8 000 Ar (3,10 €).
- Bon marché : de 8 000 à 13 000 Ar (de 3,10 à 5 €).
- Prix moyens : de 13 000 à 28 600 Ar (de 5 à 11 €).
- Plus chic : plus de 28 600 (11 €).

Transports

- Le taxi-brousse : exemples au départ de Tananarive : pour Tamatave environ 15 000 Ar (5,80 €) et pour Fianarantsoa 18 000 Ar (6,90 €) ; environ 40 000 Ar (15,40 €) pour Tuléar ; 25 000 Ar (9,60 €) pour Majunga ; et autour de 70 000 Ar (26,90 €) pour Diégo-Suarez. Ces tarifs sont susceptibles d'augmenter.
- Le taxi-ville : pour une course à Tananarive, compter 2 000 à 5 000 Ar (0,80 à 1,90 €) selon l'heure et la distance. Pour rejoindre l'aéroport de Tana, les chauffeurs agréés demandent généralement autour de 30 000 à 40 000 Ar (11,50 à 15,40 €).
- La location de voitures : c'est cher ! Si vous disposez d'un petit budget, essayez de louer un taxi-brousse, un taxi-be ou un taxi « spécial ». Comptez environ de 55 000 à 80 000 Ar (21,20 à 30,80 €) par jour (plus le carburant), un peu moins dans la capitale (à partir de 26 000 Ar, soit 10 €).
Pour louer une berline, compter de 80 000 à 130 000 Ar (30,80 à 50 €) par jour environ, tout compris. Pour les pistes difficiles, prévoir un 4x4 de 75 000 à 125 000 Ar (28,80 à 48,10 €) par jour (plus le carburant) ; vérifier ce qui est inclus ou non.
- L'avion : un aller simple coûte environ 120 € pour un Tamatave/Sainte-Marie, 160 € de Tananarive à Sainte-Marie, Tuléar, Nosy Be ou Diégo-Suarez.

Parcs et réserves

Le ticket d'entrée du MNP (Direction des parcs nationaux) varie de 10 000 à 25 000 Ar (3,80 à 9,60 €) par jour et par personne, auxquels il faut ajouter le tarif de guidage : de 10 000 à 35 000 Ar (3,80 à 13,50 €) pour un groupe de 4 ou 5 personnes.

Pourboire

C'est une vieille tradition française et coloniale importée sous les tropiques. On n'y est pas obligé, bien sûr. On vous conseille de ne donner un pourboire que si vous êtes réellement satisfait. Sinon, cela encourage un réflexe vis-à-vis des vazaha.
Dans les restaurants, il est d'usage de laisser entre 5 et 10 % pour le service, mais c'est à votre libre appréciation. N'oubliez pas les porteurs dans les hôtels, dont les salaires sont très faibles. Si vous louez un véhicule avec chauffeur, comptez quelques euros par jour pour le pourboire (environ 5 € par jour).

Achats

L'artisanat est souvent très local ; si vous craquez pour tel objet dans une ville ou un village, rien ne vous assure que vous le retrouverez ailleurs dans le pays, si ce n'est à Tananarive, où l'on peut acheter la majorité de l'artisanat malgache sur les marchés ou dans les boutiques, mais pas toujours au même prix...

- Artisanat du bois : la palme incontestée revient à la ville d’Ambositra réputée pour sa marqueterie (reproduction des albums de Tintin ou Astérix. Superbes !) et ses beaux objets (en bois précieux comme le bois de rose, le palissandre, l'ébène…).
- Bijoux en argent : des bracelets le plus souvent.
- Bouteilles de sable : spécialité de Majunga.
- Broderies : très belles nappes brodées par les femmes, en coton blanc ou écru représentant des palmiers ou des scènes de la vie quotidienne.
- Confection : il est possible de se faire confectionner toutes sortes de vêtements pour pas cher en apportant un modèle chez un couturier de Tananarive.
- Cuir et corne de zébu : la peau du zébu sert à tout, notamment à confectionner des sacs de voyage, des sandales ou encore des chapeaux. Le cuir est généralement clair et... pas très bien tanné.
- Épices et vanille : poivre vert ou noir, girofle, coriandre, piment, curry, citronnelle, paprika, safran, cannelle se trouvent facilement sur les marchés, ou conditionnés, prêts à partir dans le sac. La vanille se trouve principalement sur la côte du même nom.
- Instruments de musique : le plus traditionnel et le plus simple à rapporter est la valiha, une sorte de cithare en bambou gravé de différents motifs et sur lequel sont fixées des cordes métalliques.
- Lamba : cotonnades bon marché imprimées de couleurs vives et portant un proverbe malgache, ou étoffes de raphia ou de soie, plus rares mais plus belles. C'est le costume traditionnel malgache par excellence.
- Papier antemoro : selon la tradition, les Antemoros, tribu de la région de Manakara, auraient songé à fabriquer du papier dès leur arrivée à Madagascar pour retranscrire les versets du Coran. Leur papier est merveilleux.
- Pierres précieuses et semi-précieuses : si vous souhaitez ramener quelques pierres précieuses, achetez-les à Antsirabe ou chez des bijoutiers capables de vous fournir une autorisation d'exportation délivrée par la Direction des Mines et de l'Energie. Pour les pierres semi-précieuses (topaze, aigue-marine, améthyste, grenat ou tourmaline…) et ornementales, pas de problème, sauf si les semi-précieuses sont serties dans un métal lui-même précieux. Dans ce cas, il faut également une autorisation délivrée par le bijoutier.
- Raphia et vannerie : le raphia est sans doute le seul mot malgache passé dans le langage international.On comprend pourquoi. Magnifiques chapeaux, sacs à main, paniers, mallettes, sets de table, sandales ou casquettes teintés de couleurs vives ou pastel. Plus mode, y'a pas. Le charme et la légèreté du matériau alliés à la gaieté des couleurs.
- Tapis en mohair : fabriqués à Ampanihy, entre Tuléar et Fort-Dauphin. Longtemps célèbres, ils sont un peu tombés en désuétude, mais pourraient le redevenir...
- Taxis-brousse et véhicules miniatures : l'illustration absolue de l'art de la récupération. Adorables 404 bâchées, bus, motos, avions et vieilles « deudeuches » en fer blanc recyclé. Matériaux choisis ? Boîtes de conserve, canettes de grandes marques de sodas, bombes insecticides ou boîtes de lait concentré !

Écrit par gilles FOLLENIUS Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique