logo Blog50.com
Blog 50 est un service gratuit offert par Notre Temps

Musique et danse

Musique et danse

À travers les musiques malgaches et les danses qui leur sont liées, on retrouve l'identité culturelle des émigrés asiatiques et africains à l'origine du peuplement. Sur ses racines, la culture malgache a élaboré sa spécificité artistique, régénérée d'emprunts aux cultures de conquête ou de passage. L'influence européenne est ainsi évidente.
Chaque ethnie a sa musique. Le vocal (a cappella) et les battements de mains sont essentiels. C'est un pays qui chante, danse et s'amuse en toutes circonstances, de la naissance à la mort : l'enterrement, le « retournement des morts », qui donne lieu à un déferlement de rythmes, de chants et de danses.
C'est aussi par la musique et la danse, les psalmodies et litanies rythmées, que l'on entre en relation avec les esprits des ancêtres par le tromba ou rite de la possession.

Sur les côtes

Au nord, au sud, sur les côtes en général, les airs sont trépidants et lancinants. Sur une même base ternaire, plusieurs rythmes ont vu le jour, parfois assez élaborés, toujours très rapides. Très physiques, débridées, voire franchement délurées, elles engagent le corps en entier et sont d'un érotisme torride !

Dans les Hautes Terres

De l'Imerina au Betsileo, à l'opposé de ces rythmes « sauvages », l'expression musicale est solitaire, intimiste, tout en douceur, et les sentiments, que l'on sait pourtant tout aussi ardents, s'affichent de manière platonique. Les rythmes y sont alors plus lents, plus sensuels, souvent accompagnés de gestes d'automates pour appuyer une phrase...

L'hira gasy

On ne peut survoler les traditions musicales du pays sans parler des troupes ambulantes d'hira gasy (« chanson malgache »), spécialité de l'Imerina. L'hira gasy est un spectacle complet de chants, danses, théâtre, discours, dans des joutes opposant deux troupes. Très populaires, ces « opérettes rurales » sont apparues dans les campagnes avant d'accéder à la cour des rois au XVIIIe siècle et de devenir un art national.
Les tropy d'hommes et de femmes portent aujourd'hui des costumes à dominante rouge vif, qui rappellent les uniformes des soldats de l'Empire. Accompagnés par des instruments modernes européens, les acteurs hurlent plus qu'ils ne chantent la sagesse populaire sur des textes inspirés des légendes, de la vie de tous les jours ou des sentiments amoureux. C'est un incontestable vecteur d'éducation utilisé, par exemple, dans la lutte contre le sida. 

Écrit par gilles FOLLENIUS Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Accueil Blog50 | Créez gratuitement votre blog | Avec notretemps.com | Toute l'info retraite | Internet facile | Vos droits | Votre argent | Loisirs | Famille Maison | Cuisine | Jeux | Services | Boutique